Artifices

• Unknowns lovers •

~ On s’est rencontré lorsqu’on avait 4 ans à peine. Tu étais mon premier amour, et moi le tien. Enfin si on peut appeler ça comme ça à cet âge là. Je t’aimais bien parce-que tu étais gentil, mais tu parlais pas beaucoup. On était trop petit je pense pour s’avouer nos sentiments de tout petit. J’ai déménagé et on s’est perdu de vue. On s’est revu 10 ans après, et c’est qu’à ce moment là qu’on s’est avoué nos sentiments d’enfances. C’était beaucoup trop improbable, et beaucoup trop marrant.

~ Je t’ai connu ma première année à l’université. En une semaine on se mettait ensemble. Le jour d’après on couchait ensemble. Le surlendemain on se faisait déjà chier. Tes parents avaient une maison littéralement entièrement rouge parce-qu’ils étaient communistes. Et lors de ma rencontre avec eux j’avais ramené un bouquet de Lys. J’ai su ce jour-là que notre relation n’irait pas très loin. Tu étais amoureux, mais ennuyant. Tu m’as fait comprendre ce que je voulais dans la vie. Quelque chose d’intense, et non romantique.

~ Tu étais le mec de mes rêves. Grand, blond, yeux pétillants. Je te croisais à chaque fois aux soirées de juillet. La troisième année, tu m’as embrassé. On s’est touché dans les buissons derrière la villa où on faisait nos soirées. Je suis revenu te voir quelques mois après. Mais la triste réalité c’est que tu voulait juste me baiser.

~ Probablement le mec le plus beau de la promo. Toujours charmant, toujours charmeur. Et le jour où tu m’as embrassé tu as perdu toute crédibilité. On était dans cette boite beaucoup trop remplie, et beaucoup trop enfumée. Je me rappelle m’être rapprochée de toi là où tout le monde dansait. Tu m’as offert un shooter à la menthe avant de m’embrasser. Tu me disais des mots doux et tu étais beaucoup trop tendre avec moi. J’ai pris peur et le lendemain on faisait comme si de rien n’était.

~ Avec toi j’ai appris que les mecs peuvent être de beaux parleurs. On s’est tourné autour pendant quelques soirées à la suite. On s’est aussi beaucoup embrassé. Tu savais y faire, même si tu n’étais pas beau. Je me rappelle de ta tête quand tu m’as raccompagné à la fin de la première soirée et que je t’ai dit que je ne dormirais pas avec toi. Tu as fait la même la seconde soirée lorsque je t’ai dit la même chose. Mais ce dont je me rappelle surtout, c’est la tête de ma pote m’avouant qu’au final c’était elle qui avait couché avec toi.

~ Je ne t’ai jamais trouvé beau. Je ne t’ai jamais trouvé séduisant. Et pourtant quand tu es venu vers moi pour me parler à cette soirée je n’ai pas pu te dire non. C’était ma façon à moi de trouver une excuse pour quitter Eden. C’était peut-être aussi ma façon à moi de me venger de cette fille avec qui il avait couché. Parce-que tu couchais avec elle toi aussi à l’époque où il la voyait. On s’est embrassé et on a simplement dormi ensemble. Je me sentais vide à côté de toi. Je ne ressentais ni culpabilité, ni joie.

~ Tu as été ma piqure de rappel que les mecs peuvent être de beaux parleurs. C’était Stan qui voulait me mettre avec toi. On s’est parlé pendant des mois sans se voir. Et la première fois que je t’ai rencontré tu étais à l’hôpital et tu ne pouvais pas parler. Quelques temps après tu m’as invité à dormir chez toi, et on a couché ensemble. Deux jours plus tard, plus de nouvelles. Deux mois après, j’étais en couple avec Stan.